Débuter son activité de freelance attire de plus en plus : la liberté, l’indépendance…mais beaucoup de freelances  ne vivent pas pleinement de leur activité. C’est un fait. Pourquoi certains ont peur de se lancer ou de s’y consacrer à temps plein ? Quels sont les freins du freelancing ? Voici une liste non exhaustive pour mieux comprendre.

 

  • Les grandes attentes 

La société moderne est en train de mettre en avant l’entrepreneuriat, ce qui est très positif. Être un entrepreneur ou un indépendant est devenu glamour. Sur Youtube ou Instagram, on valorise uniquement les aspects positifs de l’indépendant. La mode du “digital nomad”, celui qui peut travailler à l’autre bout du monde avec son ordinateur,  a également envahi toute la toile et tous les réseaux sociaux. Cependant, très peu de sites et de plateformes parlent de la réalité quotidienne : les factures, les charges sociales, la compétition, les mois “sans” etc Les attentes sont grandes car fabulées sur internet, mais loin de la réalité. Le quotidien de l’indépendant est fait de travail acharné mais aussi de déceptions.  Il faut souligner qu’on ne peut pas toujours en vivre immédiatement

La solution ? Commencer comme employé tout en développant sa micro entreprise et sa stratégie. Ne laissez pas tomber votre emploi tant que votre revenu n’est pas largement suffisant.

 

  • La peur de la gestion administrative

Bien que le processus est été simplifié en France, les démarches ne sont toutefois pas toujours faciles à comprendre. Par exemple, il faut être inscrit sur le site officiel des micro entrepreneurs et net entreprises. En angleterre, un seul site clair suffisait avec une seule déclaration annuelle et pas de numéro siret obligatoire avant de commencer vos missions. Si en plus, vous devez justifier votre activité au Pôle Emploi, cela se gâte. Et pire encore, si vous souhaitez conserver vos droits chomage. Et le régime social alors ? Il est en plein bouleversement en ce moment avec la fin du RSI et le rattachement des indépendants au régime général. Pour vous donner mon exemple personnel, je suis en France depuis 9 mois et je n’ai toujours pas de carte vitale…

La solution ? Être patient et interroger beaucoup. Les groupes Facebook vont vous aider à échanger ainsi que les meetups lors de soirées ponctuelles.

 

  • Les charges sociales

Si vous avez pris le régime de micro entrepreneur, vous êtes avantagée avec seulement 23% de charges. Cependant, vous ne pouvez pas déclarer de factures de votre entreprise : que cela soit un nouvel ordinateur, un nouveau logiciel, un prestataire à payer pour votre logo, vous ne pourrez pas le prendre en compte. Ce sera de votre poche.  Les charges font partie des véritables freins du freelancing. Si vous souhaitez absolument le faire, il faudra changer de statut légal.  La grosse erreur de beaucoup de freelances  est de commencer avec des prix bas pour obtenir ses premiers clients et de se faire rattraper par les charges sociales à payer sans avoir anticipé. Enfin, si vous êtes salarié en même temps que freelance, sachez que vous pouvez payer doublement des charges sociales….

La solution ? Calculez bien vos prix en tenant compte des charges et impôts à payer dès le début.

 

  • La compétition des plateformes

Les plateformes eu ont raison des freelances et est devenu un des plus gros freins du freelancing. L’objectif de base est positif mais la concurrence du “moins cher” mène à celui qui aura le plus bas prix. Résultat : sur les plateformes, ce ne sont pas forcément les plus compétents mais les plus rapides et les moins chers qui obtiennent les missions. Certes, ces freelances ont plus de chances d’avoir du travail mais en enlevant les charges, il reste souvent très peu au freelance.

La solution ? Trouvez vos clients autrement et ne baissez pas votre taux horaire à tout prix.

 

L’indépendance fait rêver beaucoup d’actifs mais les freins du freelancing sont très peu évoqués, y compris sur les plateformes destinées aux freelances. Afin de développer votre entreprise, vous devez bien choisir vos compétences et ciblez votre clientèle. L’objectif n’étant pas de vous laisser dépasser et de faire toutes sortes de tâches mais plutôt de vous qualifier comme un expert dans votre unique domaine. Prenez le temps d’établir votre choix et vos stratèges. Habemoos vous conseille toutes les semaines avec un nouvel article pour vous aider à devenir un indépendant heureux.

Retrouvez tous les articles ici : https://www.habemoos.com

 

Emilie B

http://www.thecookiesroom.com