Vous rêvez de devenir votre propre patron ? Vous voulez du changement et vous souhaitez accéder au monde du freelancing? C’est le moment de vous poser une question élémentaire pour la suite de votre activité. Quel statut juridique choisir lorsque l’on veut devenir indépendant? Cette question doit réellement vous amener à une véritable considération, car le choix du statut juridique impacte vos choix fiscaux, financiers et sociaux.

Il se peut que vous vous retrouviez perdu face à un tel choix, le sujet étant compliqué. En effet, les statuts juridiques pouvant être choisi sont nombreux : l’entreprise individuelle, l’EIRL, la SAS ou la SASU, la SARL ou l’EURL, la société anonyme, la SNC, les sociétés civiles…

Tour d’horizon des différents statuts juridiques pour que vous puissiez progresser dans votre réflexion.

Devenir indépendant en auto-entrepreneur ou micro-entrepreneur

Le statut juridique micro-entrepreneur est la forme la plus souvent retenue par les freelances en activité. En effet, il permet de tester le marché et d‘éviter les formalités complexes. Vous pouvez vous inscrire sur internet, avec une comptabilité simplifiée et vous bénéficierez de charges allégées. De plus, si vous ne produisez aucun CA, vous n’avez pas de charge à payer. Cependant, il existe un plafond de CA à ne pas dépasser : 70 000€ pour les prestations de services et 170 000€ en achat/vente. En cas de dépassement, ce statut ne vous est plus accessible vous devrez opter pour une autre forme juridique.

Choisir l’EI : l’entreprise individuelle pour devenir indépendant

L’entreprise individuelle est une entreprise assez simple à mettre en place et est un bon compromis pour les indépendants qui dépassent le plafond du CA de la micro-entreprise  Le statut juridique de l’EI est très proche de celui de la micro-entreprise. Toutefois, il a pour inconvénient de ne pas protéger le patrimoine personnel de l’entrepreneur à moins d’opter pour l’EIRL. De plus, vous serez imposé sur un bénéfice estimé de manière forfaitaire par l’administration fiscale, à comparer donc avec la micro-entreprise avant de vous lancer.

Le statut juridique de l’EIRL, entrepreneur individuel à responsabilité limitée

L’EIRL désigne une entreprise où il n’y qu’une seule personne. Ce statut est intéressant pour la protection de votre patrimoine. Vous avez la possibilité de  limiter votre responsabilité en mettant en place un patrimoine d’affectation. Vous pouvez, par conséquent protéger vos biens personnels. Concernant la fiscalité, vous avec le choix entre l’impôt sur le revenu ou sur la société.

L’EURL, entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée

Ce statut juridique ressemble à celui d’une SARL mais avec un associé unique. L’avantage de l’EURL c’est que la responsabilité est limitée aux apports. Il n’engage donc pas vos biens personnels, sauf si vous commettez une erreur de gestion…Comme L’EIRL, vous pouvez choisir votre fiscalité, être imposé sur les revenus (IR) ou sur l’impôt des sociétés (IS).  Toutefois, les frais sont beaucoup plus coûteux qu’en micro-entreprise.

La SASU : société par actions simplifiée unipersonnelle pour devenir indépendant

La société par actions simplifiée unipersonnelle, est un statut juridique équivalent de celui de la SAS avec un associé unique et un capital d’un euro minimum. Vous serez salarié dirigeant de votre entreprise. La SASU est soumise à l’impôt sur les sociétés.  Ce statut juridique comporte un avantage si votre société s’agrandit. Vous pourrez aisément faire entrer un ou plusieurs associés au capital et passer en SAS. Cependant la création de la SASU est plus lourde et coûteuse que d’autres formes juridiques.

Le portage salarial pour les indépendants 

Le portage salarial permet de profiter des avantages du salariat et du freelancing. En effet, vous avez une fiche de paie comme un salarié et c’est votre entreprise de portage qui facture vos clients. Cette dernière se charge de vous établir un contrat de travail et de tout l’aspect administratif lié à votre activité.

Vous êtes accompagné et protégé comme un salarié, avec la possibilité de cotiser au chômage ou encore à la retraite notamment. C’est un bon moyen pour apprendre à être autonome et tester son projet professionnel.

Vous rapprocher d’experts pour choisir votre statut juridique d’indépendant :

 Les différents statuts juridiques que vous pouvez sélectionner comportent chacun des spécificités. En cas de doute sur le développement de votre chiffre d’affaires, sur votre patrimoine à protéger ou la différence des impositions possibles, le mieux est de vous rapprocher d’un conseiller. La Chambre du Commerce et de l’Industrie ou la Chambre des Métiers et de l’Artisanat dont vous dépendez, peuvent vous apporter de précieux conseils quant à ce choix crucial. Un rendez-vous avec un conseiller est généralement possible sur demande préalable.

Un comptable peut également vous aiguiller dans votre choix. Prenez rendez-vous auprès de ce professionnel pour une consultation. Il saura vous écouter et vous orienter vers tel ou tel statut juridique en mettant en avant les  tenants et les aboutissants de ces formes d’entreprises qui semblent correspondre à votre activité future.

 

Vous avez désormais toutes les clés en main pour choisir votre statut et vous lancer votre activité indépendante ! Et pour faciliter la gestion de vos devis, factures ou encore relevés d’heures, faites confiance à notre solution gratuite <habemoos 🙂

ut id Phasellus sit felis Donec Lorem vel, ut risus. efficitur.