Le statut d’auto entrepreneur fête ses 10 ans

Le régime auto-entrepreneur célèbre ses 10 ans cette année. Créé par Hervé Novelli, alors secrétaire d’État chargé des Entreprises, ce régime aujourd’hui nommé “micro-entreprise” attire toujours plus de Français. Cependant, on constate aussi de la précarité chez les indépendants. Beaucoup arrêtent leur activité après 3 ans selon les statistiques. Alors, quelle conclusion devons-nous tirer de l’anniversaire du statut auto-entrepreneur ?

 

Plus d’entrepreneurs en France

Fin novembre 2018, d’après l’INSEE, le régime voit les immatriculations de micro-entrepreneurs exploser à +28,0 %. Facile d’accès, ce régime est plébiscité car il peut venir en complément d’une activité salariée ou permettre une reprise d’activité pour des chômeurs.

Il y a aussi plus de femmes en micro-entreprise, et on observe une augmentation des chiffres d’affaires.  L’auto entreprise a encore de beaux jours devant elle, après le chantier engagé par le gouvernement d’Edouard Philippe et les dernières modifications du statut. En effet, on considère une certaine évolution : la disparition du RSI, l’augmentation du plafond, la modification de l’ACCRE etc.  Cependant cette dernière aide n’est pas accessible à tous les entrepreneurs.

Aussi, fin 2017 seulement 60 % des auto-entrepreneurs déclarent un chiffre d’affaires.

Nous sommes donc en droit de nous demander si ce régime est viable. L’anniversaire du statut auto-entrepreneur marque sa longévité comme sa complexité.

 

Les bémols du statut micro-entrepreneur

Un article récent de La Croix relate la déception d’une indépendante : « Vous êtes acculé financièrement à accepter à peu près tout de vos clients », explique-t-elle. La fierté d’être chef d’entreprise ? « Même pas. Le statut s’est totalement dévalorisé, assure-t-elle. Au point que nos clients nous demandent parfois de ne pas nous présenter ainsi, l’image de l’auto-entrepreneur étant dégradée. » « En clair, résume-t-elle, vous avez tous les inconvénients du salariat, sans les avantages en termes de protection sociale et sans même avoir l’assurance d’être payé !»

La précarité est réelle pour une majorité des micro-entrepreneurs, beaucoup ne sont pas payé. De plus, l’entreprise n’est pas toujours pérenne. Beaucoup abandonnent rapidement, ne se sentant pas soutenu ni par le gouvernement ni par l’administration.

Heureusement, ce n’est pas le cas de tous les entrepreneurs avec ce statut mais force est de constater que beaucoup de freelances sont mal traités. 

 

L’anniversaire du statut auto-entrepreneur : pas le dernier

Le gouvernement actuel souhaite augmenter le nombre d’entrepreneurs en France car ce statut «correspond à un désir croissant des Français vers plus d’autonomie, notamment chez les jeunes générations »,François Hurel, président de l’Union des auto entrepreneurs.

Le gouvernement met toutefois une condition à la permanence du régime : faire converger les protections sociales des micro-entrepreneurs vers celles des salariés.

 

Pour conclure, l’anniversaire du statut auto-entrepreneur est une chose positive, L’auto-entreprenariat est en plein développement. Cela peut aider à concrétiser des projets et aussi à lutter contre le chômage.

Cependant, le gouvernement doit s’assurer que ce statut ne soit pas un élément favorisant la précarité. Les micro-entrepreneurs doivent être aidés pour monter leur entreprise, trouver un logement etc.

Une chose est sûre, il faut avoir les nerfs solides quand vous commencez. Enfin, les entrepreneurs débutants ont aussi peu de moyens et d’informations à leur disposition pour se valoriser et faire face à l’adversité, notamment avec toutes les déclarations administratives à faire. Il est donc facile de perdre la foi et d’abandonner. Bien se renseigner et s’entourer est indispensable.

Vous êtes auto entrepreneur et vous cherchez un logiciel gratuit de facturation en ligne, découvrez l’application habemoos !

Emilie B

sed dapibus dolor. in ut eget elit. Lorem commodo libero tristique