Le statut de micro entrepreneur a été simplifié, le plafond augmenté, tout a été fait pour rendre la vie des indépendants plus facile. Cependant, quelques difficultés subsistent. Seuls les entrepreneurs qui rencontrent des soucis chaque jour, peuvent se rendre compte de la complexité d’être un micro entrepreneur en France. Voici une liste (non exhaustive) des problèmes du quotidien pour un indépendant :

 

  • Deux fois plus de charges sociales vous paierez

En cumulant emploi salarié et micro-entreprise, vous payez deux fois des charges sociales. En effet, lorsque vous débutez, c’est plus simple de rester salarié tout en développant votre micro entreprise. Il est important de ne pas quitter son emploi prématurément. Cependant, vous ne devez pas oublier de déclarer vos revenus perçus comme micro entreprise tous les mois (ou tous les 3 mois) et donc payer régulièrement les charges. Si vous cumulez les deux activités professionnelles de salarié et d’entrepreneur, vous devez payer deux fois des charges. Et attention aux majorations de retard !

 

  • Vos frais vous ne déduirez pas 

J’ai souvent entendu dire : “Oui mais si tu payes ces charges sociales, c’est en fonction de ce que tu gagnes.” Ok. Mais nos frais comme l’achat d’un ordinateur, téléphone ou d’un logiciel, ces outils indispensables pour notre fonction ne peuvent pas être pris en compte avec le statut de micro-entrepreneur. Nos revenus partent aussi dans des investissements.

Le point positif de ce statut est que les charges s’élèvent “seulement” à 23% mais le point négatif est que vous ne pouvez absolument rien déduire. Par exemple : j’ai eu besoin d’un photographe pour m’accompagner sur des événements cet été, ce qui m’a coûté une certaine somme. Ces frais n’ont pu en aucun cas être pris en compte au vue de mon statut.

Vous pouvez déclarer vos frais qu’en changeant de statut d’entreprise comme une SAS par exemple mais les charges s’élèvent alors à 45%. De plus, avec ce changement, vous devez embaucher obligatoirement une comptable.

 

  • Des hauts et des bas vous aurez

Certains mois, vous avez plus de missions que d’autres en raison de la demande du client et donc certains mois peuvent être plus porteurs de succès que d’autres. C’est une réalité du freelance, chaque période ne se ressemble pas. Il faut donc avoir un pécule de côté afin d’anticiper les périodes creuses. Il y a une part de risque à comprendre et anticiper. Ce qui n’est pas évident à mettre en place pour tout le monde, surtout lorsqu’on débute.

 

  • La loi du “moins cher” vous subirez

Avec les plateformes qui poussent toutes comme des champignons (y compris en France), vos clients trouvent aujourd’hui des freelances à la pelle. Community manager, rédacteur, photographe…ces métiers sont demandés mais la compétition est rude. De plus en plus de jeunes actifs se lancent sur ces plateformes. Comment les clients vous choisissent ? Souvent en prenant le moins cher, c’est une réalité.

 

  • Perçus comme instables vous serez

Le terme de micro entreprise ne résonne pas dans la mission de l’accès au logement. C’est la complexité d’être micro entrepreneur en France. En revenant cette année, je n’ai trouvé aucun organisme capable de m’aider et je me voyais parfois refuser des logements car je n’avais pas d’aides sociales ou de CDI…En d’autres termes, c’est parce que j’étais autonome et indépendante que je n’ai pas trouvé de logement.

Il y a beaucoup de progrès en cours mais beaucoup reste à faire pour les entrepreneurs. Pour les démarches administratives, la micro-entreprise n’est pas encore véritablement considérée. Dans les échanges avec les autres aussi, ce n’est pas toujours évident de faire valoir ce travail et ce statut. Il faut d’abord bien s’entourer.

Nous espérons que cette liste vous aidera afin de mieux appréhender la complexité d’être micro entrepreneur en France. Vous êtes bienvenus pour partager vos expériences en commentaires.

 

Habemoos peut vous aider à vous développer ICI.

 

Emilie B.

http://www.thecookiesroom.com/